iBooks Eco-Gestion

ebookseconomie_bien_commun

 

Economie du bien commun
Jean Tirole

Avec ce premier livre en français visant un large public, le prix Nobel d’économie 2014 nous fait partager sa passion pour la discipline. Il défend une certaine vision de l’économie, science qui fait le pont entre la théorie et les faits au service du bien commun, et de l’économiste chercheur et homme de terrain. Ce faisant, le lecteur pénètre dans l’atelier d’un économiste, et voyage à travers les sujets affectant notre quotidien : économie numérique, innovation, chômage, changement climatique, Europe, État, finance, marché… En dressant un panorama des grandes problématiques de l’économie d’aujourd’hui, Jean Tirole nous fait entrer au cœur des théories dont il est le père.


quand-le-consommateur

« Quand le consommateur regarde les choses du marché… »

Contributions de Michel Callon, de Bruno Latour et de leurs collègues à l’étude de la consommation

Franck Cochoy & Alexandre Mallard

Nous ferons l’hypothèse que l’apport le plus original de la sociologie de l’acteur-réseau à l’analyse des phénomènes de consommation concerne la manière dont elle interroge le rôle qu’y jouent les objets. Depuis plus de trente ans en effet, les sociologues de ce courant se sont évertués à montrer à quel point les entités non humaines contribuent à redéfinir les acteurs et ce qu’ils font. Leur démarche est une exhortation à enrichir le regard porté traditionnellement sur la consommation par les différents spécialistes qui s’y sont intéressés. On a trop longtemps confondu étude de la consommation et étude du consommateur. Certes, un des bénéfices des travaux réalisés par la consumer research est d’avoir montré que le comportement des consommateurs relève à la fois de l’anthropologie, de la psychologie et de la sociologie de la consommation (Cova et Cova, 2009). D’autres recherches ont souligné, inversement, le rôle joué par les professionnels du marché : les travailleurs du marketing, de la distribution, du merchandising ou de la logistique, qui mobilisent des savoirs et des savoir-faire spécialisés pour cadrer et arranger la scène d’échange, contribuent fortement à mettre en forme les actes de consommation (Cochoy et Dubuisson-Quellier, 2000 ; Araujo et al., 2010 ; Cayla et Zwick, 2011). En braquant le projecteur sur les « choses du marché », l’approche de l’acteur-réseau invite à revisiter les phénomènes de consommation au carrefour de ces deux perspectives et à suivre dans un même geste consommateurs et professionnels, sans restreindre pour autant l’analyse à l’un de ces deux pôles ou exclure l’un des deux. Ce sont les origines, les fondements et les voies d’une telle approche que nous voudrions décrire ici. Dans un premier temps, nous présenterons quelques points de repère élémentaires concernant les notions et approches développées dans ce courant, en pointant le projet de « sociologie orientée objet » qu’elles visent. Puis, nous montrerons comment cette démarche peut être mise à profit dans l’analyse des processus de consommation à proprement parler.


jacques-genereux-explique-leconomie-a-tout-le-monde

Jacques Généreux explique l’économie à tout le monde

Jacques Généreux

« Je m’attacherai surtout à expliciter les clés de lecture, les codes de langage, les logiques et les modèles de pensée qui façonnent le discours des économistes, mais aussi de tous ceux qui vous parlent d’économie à la télévision, de ceux qui vous gouvernent ou qui sollicitent vos bulletins de vote. Je souhaite donc concentrer cet entretien sur le décryptage des raisonnements économiques courants et faire apparaître ce qui, dans l’état actuel des connaissances, est raisonnablement acceptable, passablement discutable ou parfaitement farfelu. »J. G. Ses manuels comme ses ouvrages d’initiation à l’économie sont tous des best sellers, plébiscités chaque année par des dizaines de milliers d’étudiants, lycéens et enseignants ( Introduction à l’économie, Les Vraies Lois de l’économie …). Il est aussi connu pour ses travaux qui mêlent philosophie, économie et anthropologie ( La Dissociété, L’Autre Société, La Grande Régression ) et ses essais politiques ( Manuel critique du parfait européen, Nous on peut ! ).

Publicités